Introduction

24 janvier 2010

Tous les passages sont privés avec un statut public dans la journée. Ils sont construits dans un but spéculatif.
Tous les passages couverts sont situés sur la rive droite, il n'en a jamais eu sur la rive gauche.
Une partie, plus ou moins importante, de tous les passages est inscrite à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques (I.S.M.H.).
Les passages sont bâtis sur le même modèle : boutique avec porte encadrée par deux vitrines, entresol et un ou deux étages. Ce module est répété tout au long du passage.
L’entrée du passage se fait par un porche, plus ou moins important, qui s’intègre dans la façade du bâtiment qu’il traverse. Le nom du passage est inscrit sur le porche.
La verrière permet d'éclairer le passage par une lumière zénithale et d'assurer sa ventilation.
Les premiers essais de lumière zénithale sont réalisés dans la grande galerie du Louvre. Le principe sera repris pour les serres puis pour les passages couverts. Les premières structures des verrières sont en bois et en verre. La structure en bois sera remplacée par une structure métallique vers 1812. Cette évolution technique va permettre le développement des passages couverts car on va pouvoir éclairer des endroits ou l'éclairage latéral était impossible. C'est à partir de cette époque que le fer va être utilisé comme matériau de construction. Jusqu'alors le fer servait pour les armes, la serrurerie et les éléments décoratifs.
Le passage du Caire est un passage roturier qui s’adresse à une population active et ne possède aucun ornement superflu. Ce type de passage est plutôt orienté est-ouest. Les autres passages du blog, richement décorés, ont pour but d'attirer la clientèle du Palais Royal ou des grands boulevards ou d'offrir un raccourci entre ces deux endroits. Le quartier des affaires situé à la Bourse viendra s'y ajouter. Ils sont orientés, majoritairement, nord-sud et ce qui suit concerne surtout cette deuxième catégorie de passage.

Leur succès.

Les passages s'adressent aux personnes aisées et se sont des magasins de luxe, cabinets de lecture, salons littéraires, cabinets d'aisance, cafés et restaurants qui s'installent dans les passages.
Les passages offrent un confort de circulation inégalé pour les personnes qui les empruntent. Le sol est carrelé et l'éclairage abondant. Ils les mettent à l'abri des intempéries et de tous les inconvénients divers (boues, poussières et éclaboussures).
Cela devient un lieu ou l'on doit se montrer. Tous les élégantes et les élégants se doivent de les fréquenter pour faire admirer leur belles toilettes.
Les passages vont créer un nouveau type de promeneur : le flâneur.
Les boutiques permettent aux gens d'entrer et de prendre leur temps pour choisir.

Leur déchéance.

Le fait que le duc d'Orléans devienne Roi de France, en 1830, sous le nom de Louis-Philippe amena celui-ci à transporter sa cour en 1831 aux Tuileries. Il moralisa le Palais Royal en interdisant la prostitution en 1830 puis les maisons de jeux en 1836. Les galeries du Palais Royal sont délaissées.
Il interdit également aux prostitués de fréquenter les passages couverts sous quelques prétextes que se soit.
La création des Grands Magasins qui font une concurrence aux passages. D'ailleurs on peut considérer que les passages sont les ancêtres des Grands Magasins grâce à leur concentration de boutiques ainsi que de nos galeries marchandes.
Le développement du train vers 1850 qui installe leur gare à la périphérie de la capitale et entraine la suppression des messageries situées dans le centre et enlève la clientèle des passages.
Les travaux d'Haussmann qui détruiront les passages et améliorons les conditions de circulations des piétons.

 

RETOUR AU BLOG D'ACCUEIL

Posté par jchavy à 10:17 - Commentaires [1] - Permalien [#]